Casualties of war

J’étais en vacances lorsque je suis tombée par hasard sur une photo. Un homme – peut-être le père – tenait un enfant mort dans ses bras. Attaque chimique, ou voiture piégée, ou attentat-suicide, je ne sais plus. L’homme tenait le corps frêle à bout de bras, avec l’exhibitionnisme effréné propre au désespoir intense. L’enfant avait les yeux ouverts, je crois. Son visage était bleu, d’un bleu de cendre, du bleu que revêtent sur le chemin ceux qui ne reviendront pas.

C’en était fini de mes vacances insouciantes. Je ne pouvais plus penser qu’à ce petit garçon inerte, dont je ne connaîtrai jamais le nom. Par terre, tout autour, il y avait d’autres corps enveloppés des pieds à la tête dans des draps blancs, et alignés côte à côte comme pour une parade sinistre. Eux n’avaient pas d’identité, pas de visage. Le linceul les déshumanisait en quelque sorte, recouvrant d’un voile pudique toute l’horreur de ce qui les avait mené là, inconnus gisant dans une pièce anonyme, tout au fond du tunnel noir de la violence et de la cruauté.

L’intolérable est plus facile à supporter lorsqu’il est estompé, maquillé, vidé de ses stigmates. L’esprit humain passe au tamis de l’oubli ce qu’il ne peut endurer trop longtemps sans souffrance ou culpabilité. Le linceul blanc c’est l’écran, le filtre qui ravale au rang de statistiques tous ceux qui se trouvent au mauvais moment, au mauvais endroit. La loi de la survie va souvent de pair avec la fuite en avant.

Les « casualties of war » meurent deux fois : une première fois dans la violence gratuite, et une deuxième fois dans l’abdication, la démission confortable de ceux qui choisissent de détourner le regard. Mais combien d’enfants tomberont encore, jour après jour, ici ou ailleurs ? L’espoir est à la peine dans ce monde malade. Il s’amenuise et faiblit à chaque vie fauchée par la folie des armes et des hommes.

©Joanna Rizk and joannarizk.com, 2013.

One thought on “Casualties of war

  1. Hi Jo,
    Hope you are ok. I will translate this and comment when I am at my computer. Send your tree art when you can. :). Love and light, Burt

    Sent from my iPhone

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s